Un éléphant dans un magasin de porcelaine

By Sébastien Dhavernas on July 2, 2009

Radio Canada-CBC et ses artisans traversent en ce moment des jours sombres et qui doivent susciter une réflexion et un débat de fond au sein de la société civile québécoise et canadienne.

Monsieur Bernard Derome honoré   pour sa grande contribution au métier de journaliste à l’antenne de Radio Canada a lancé un appel en ce sens et je tiens à l’en remercier et à répondre présent à ce cri du cœur d’un homme réputé pour sa  réserve, sa rigueur et sa crédibilité. 

J’ai grandi en regardant et en écoutant la SRC, et plus tard j’y ai travaillé à titre de comédien dans de nombreuses télé séries. À chaque fois que je veux avoir une information crédible et complète face aux grands événements c’est principalement vers la SRC que je me tourne. C’est le meilleur moyen d’apprendre, de comprendre et de me forger une opinion sur les grands débats nationaux et internationaux. Il est donc regrettable, par exemple qu’une émission comme« Une heure sur terre » subisse l’an prochain des coupures dans son budget.

Monsieur Derome a bien identifié les deux piliers du bilan de la SRC :culture et information de qualité, et j’ajouterais toutes origines et classes sociales confondues, car elle a toujours été et continue d’être, le seul réseau francophone accessible partout sur le territoire canadien sans abonnement à un quelconque service de câblodistribution ou satellite.

Radio Canada a été accusé tour à tour d’être un « nid de séparatistes » ou un « instrument de propagande du complot fédéraliste » voir un « repaire de libéraux ».

Plusieurs politiciens et groupes de pression ont, au cours de son histoire, souhaité sa disparition, et son budget a déjà fait l’objet de sérieuses coupures mais jamais une attaque aussi sournoise et un travail de sape aussi systématique n’ont été lancés à son égard. Monsieur Soudas, porte-parole du Premier ministre Harper a déclaré aux médias que le Premier ministre et son gouvernement voulaient travailler : « la main dans la main avec Radio Canada-CBC ». Serait-ce pour mieux leur tordre le bras?

Rappelons quelques faits.

La SRC doit actuellement investir des sommes considérables pour faire passer son réseau d’antennes pancanadien de l’analogique au numérique. Une grande part de son budget y est consacrée.

De plus, Radio Canada subit actuellement une baisse marquée de ses revenus publicitaires, comme toutes les télévisions généralistes, sans bénéficier de redevances des câblodistributeurs. Certes, elle est par contre subventionnée, mais le coût réel en est de 9 cents par jour par contribuable soit 37$ par année.)Est-ce trop cher payé pour un réseau de correspondants à travers le monde dont le nombre et la qualité sont inégalés par aucun autre réseau pancanadien ou québécois?

(À titre de comparaison la BBC reçoit par année 177$ par contribuable.)

Les critères de financement établis par le nouveau Fond des Médias privilégient la cote d’écoute comme première mesure d’évaluation et place la SRC sur un pied d’égalité avec tous les autres joueurs de la télévision. Mais récemment, des séries diffusées à la SRC (Un gars une fille, les Invincibles,Minuit le Soir)ont ensuite intéressé des diffuseurs étrangers prouvant que la rentabilité et le rayonnement prévisibles ne se limitent pas qu’à une première diffusion sur notre marché et qu’en création,il y a toujours une part de risque non mesurable.

Par ailleurs, la radio de Radio Canada est la seule radio accessible à tous qui soit exempte de publicité et dont la programmation soit d’une qualité internationale qui en fait un ambassadeur de notre identité et de notre culture à travers la francophonie et le monde entiers.

Certes, les temps changent et l’économie est en eaux troubles, et Radio Canada doit donc s’adapter et faire preuve d’imagination et se renouveler sans cesse, mais est-ce une raison pour liquider un contributeur unique à l’édification du Québec et du Canada moderne?

Le profit à tout prix et la facilité nous ont conduits à une des pires crises économiques depuis des lunes. Et pour des raisons purement idéologiques, l’actuel gouvernement fait tout pour appliquer la même médecine dépassée à Radio Canada-CBC avec la subtilité d’un éléphant dans un magasin de porcelaine, dans l’espoir de les voir marginalisés sinon disparaître. Et tout cela pour favoriser qui? 

Radio Canada et la CBC n’ont que faire des idéologies. Elles font partie de nos valeurs.


Comments

Please login to post comments.


Editorial Staff

Beryl P. Wajsman

Redacteur en chef et Editeur

Alan Hustak

Senior Editor

Daniel Laprès

Redacteur-adjoint

Brigitte Garceau

Contributing Editor

Robert J. Galbraith

Photojournaliste

Roy Piberberg

Editorial Artwork

Mike Medeiros

Copy and Translation

Val Prudnikov

IT Director and Web Design

Editorial Contributors
La Patrie