La victoire de la diplomatie de l’autruche et le triomphe de la ruse iranienne

By Amb. Freddy Eytan on July 16, 2015

Jerusalem - Le 14 Juillet 2015 sera inscrit dans les annales comme un jour sombre pour le monde libre car les Ayatollahs sont entrés triomphalement dans le club fermé des pays capables de devenir un jour une puissance atomique. 

En signant à Vienne un mauvais accord avec l’Iran, l’Occident abandonne ses principes et ses valeurs universelles. Elle l’a fait avec précipitation pour aboutir enfin de compte à un accord dangereux qui encourage la prolifération et le terrorisme et plongera toute la région dans une instabilité permanente. 

L’Iran a réussi avec ruse et manipulation d’écarter à la fois toute action militaire contre ses sites nucléaires et de lever toutes les sanctions. Qui nous garantit que l’Iran appliquera à la lettre cet accord ? Des Ayatollahs ?! Comment assurer que cet accord ne sera pas jeté dans les poubelles de l’Histoire ?       

Depuis plusieurs jours nous avons vu comment tous nos amis et en particulier nos alliés Américains se sont défilés et ont perdu la face devant une diplomatie iranienne bien huilée et très habile. Obama et Kerry peuvent peut-être se réjouir d’avoir accompli leur mission et appliquer à la lettre leur stratégie, mais à quel prix ? Pour un Nobel ? Ne s’agit-il pas en réalité d’un coup de Poker bien risqué ? D’une capitulation morale devant les Ayatollahs ? D’un abandon d’alliés fidèles comme Israël et l’Arabie Saoudite ? Pourquoi se sont t-ils tous récusés à un moment critique de l’Histoire, quand l’Etat Juif se trouve plus que jamais menacé par un régime abject qui souhaite l’anéantir et le rayer de la carte par tous les moyens ?      

Le président Obama n’a cessé de faire des déclarations et de donner de longues interviews pour convaincre le Congrès de lui laisser les mains libres, mais surtout nous rassurer et prouver qu’il s’agit bien d’un accord viable et que l’Iran ne pourra se doter de l’arme nucléaire durant la prochaine décennie. A priori, ses propos sont rassurants, mais comment expliquer alors les contradictions et les différentes interprétations de cet accord ? Pourquoi la version anglaise de ce document d’une centaine de page n’est pas similaire à la version en persan ? 

Pourquoi les Iraniens sont-ils si satisfaits et crient à la victoire s’ils ne pensent pas que le pari à été gagné et que les sanctions seront levées comme ils le désirent ?Comment expliquer que le chef du Hezbollah, satellite de l’Iran, parle de triomphede Téhéran au détriment des Occidentaux et surtout d’Israël ? Pourquoi l’Arabie saoudite et les pays du Golfe sont-ils plus inquiets que jamais ?

Certes, il existe plusieurs points importants et positifs dans cet accord et nous sommes persuadés que jusqu’à la fin du mandat d’Obama, l’Iran ne produira pas de bombe atomique, mais après ? Obama ne se trompe-t-il pas quand il ne sépare pas le rôle néfaste de l’Iran dans notre région et l’accord conclu à Vienne ? Comment ignorer l’Etat voyou ? Ce régime fanatique des Ayatollahs ? Cet Etat terroriste qui exporte une révolution islamique obscure, celle du Moyen âge, les violations des droits de l’Homme, des libertés et des égalités sociales ? Plus de 200 milliards de dollars ont été investis dans le projet nucléaire iranien. Une fois que les sanctions seront levées, dont l’embargo sur les armes, le budget militaire augmentera de plus belle, et l’Iran pourra à la fois recevoir un armement sophistiqué de la Russie et exporter ce précieux arsenal à ses satellites tout en poursuivant sa bataille pour l’hégémonie en Irak, au Liban, et en Syrie.

Le dégel des avoirs bancaires sera ainsi destiné au financement du terrorisme, à la recherche tranquille du nucléaire, et au développement des missiles balistiques capables de transporter des ogives chimiques et nucléaires. N’y a-t-il pas là une répétition malheureuse de l’accord signé par Bill Clinton avec la Corée du Nord ? 

La doctrine d’Obama est bien naïve car elle a échoué sur plusieurs plans et dans de nombreux dossiers, notamment palestinien. Le Congrès n’a pas dit son dernier mot, de nombreux diplomates, militaires, et parlementaires américains ont alertécontre cet accord. 

Toutefois, après le fait accompli, nous devons poursuivre notre campagne d’information mais éviter à tout prix d’affronter le président américain en exercice. Cette tactique est mauvaise, la concertation et l’entente avec la Maison Blanche prévalent à toute autre considération et à la revanche politique. Au contraire, puisque il n’y a pas sur ce dossier de divergences entre la Gauche et la Droite, Netanyahou devrait agir de concert avec les dirigeants de l’opposition pour garantir qu’il n’a pas était signé au détriment de l’Etat Juif. Les critiques contre  Netanyahou sont superflues et ne sont pas justifiées et sans sa détermination toutes les sanctions n’auront pas été imposées et l’accord de Vienne aurait pu être pire.Soulignons que la menace iranienne concerne toute la planète et en particulier tous les Israéliens et les communautés juives, et à cet égard nous devrions être tous ensemble dans ce combat existentiel.      

Il est évidement regrettable qu’Obama n’a pas exigé de l’Iran de cesser une fois pour toutes ses activités subversives et de menacer de détruire l’Etat Juif. Il est aussi triste d’observer les manifestants iraniens brûlaient les drapeaux américains et israéliens, et applaudir les discours belliqueux du Guide spirituel sans pouvoir réagir. 

Enfin, en ce 14 juillet 2015, nous constatons que l’Amérique d’Obama a renoncé à lever l’étendard de la solidarité avec ses alliés. Non ! Le Proche-Orient ne sera pas stable après cet accord ! 


Comments

Please login to post comments.


Editorial Staff

Beryl P. Wajsman

Redacteur en chef et Editeur

Alan Hustak

Senior Editor

Daniel Laprès

Redacteur-adjoint

Brigitte Garceau

Contributing Editor

Robert J. Galbraith

Photojournaliste

Roy Piberberg

Editorial Artwork

Mike Medeiros

Copy and Translation

Val Prudnikov

IT Director and Web Design

Editorial Contributors
La Patrie